Modules

Complexité des soins aux personnes âgées

Partie n° 5

Dans cette mise en situation, Jack rencontre le Dr Ormerod, le psychiatre consultant.

Ce n’est pas la première fois que Jack rencontre le Dr Ormerod. Cette visite a lieu après que le Dr Ormerod a établi que Jack ne présente aucun problème d’orientation ou de mémoire à court terme et comprend pourquoi on a demandé à un psychiatre de le rencontrer.

  • DOrmerod : Ah M. McTeer. Entrez, entrez. Assoyez-vous.

    Jack : Laisse-moi. Laisse-moi. Assis-toi. Assis-toi.

    Dr Ormerod : Bon. M. McTeer, de quoi avez-vous parlé avec votre fille lorsqu’elle était ici la dernière fois?

    Jack : Elle me forçait à subir la chirurgie. J’ai finalement dit oui juste pour qu’elle arrête de m’en parler. Mais je ne veux vraiment pas le faire. Qu’est-ce que je peux faire avec seulement une jambe? Je ne pourrai plus m’occuper de moi-même ni faire autre chose.

    Dr Ormerod : Et si vous m’en disiez un peu plus sur comment étaient les choses avant que vous veniez à l’hôpital.

    Jack : Les choses allaient bien, sauf que je dormais mal et je semble d’avoir perdu un peu de poids, mais ce n’est pas grave. Je me sens bien, sauf que je n’ai pas d’intérêt à sortir ou faire des activités. Et, ces jours ci … je n’ai pas beaucoup d’énergie.

    Dr Ormerod : Il semble que les choses soient devenues de plus en plus difficiles pour vous récemment. Sentez-vous qu’on vous met de la pression pour prendre cette décision? Je crois comprendre que vous avez donné votre consentement et que vous remettez maintenant votre décision en question. Avez-vous signé le formulaire?

    Jack : C’est Penny qui a écrit sur le formulaire que j’ai dit oui, mais c’est Penny qui l’a signé.

    Dr Ormerod :  Ah. Mais comprenez‑vous ce qui pourrait vous arriver si vous ne subissez pas la chirurgie?

    Jack : Je vais mourir. Cela va arriver tôt ou tard, de toute façon.

    DOrmerod : Oui, effectivement, ça va tous nous arriver. Comment vous sentez-vous par rapport à la mort?

    Jack : Personne ne veut mourir, à moins d’être fou. Mais qu’est-ce que je peux faire? J’habite seul. C’est certain que Penny vient m’aider de temps en temps, mais elle le fait à contre coeur. Je ne suis qu’un fardeau pour elle.

    DOrmerod : Elle vous a dit ça? J’ai plutôt eu l’impression que Penny était très inquiète à votre sujet et que vous aviez même discuté de la possibilité de trouver un autre endroit où vous pourriez vivre, un endroit qui offre plus de soutien.

    Jack : Comme ici? Moi, j’ai habité dans ma maison toute ma vie. C’est tout ce que je connais, et tout ce que je veux connaître.

    Dr Ormerod : Très bien. Alors, si vous acceptiez de subir la chirurgie et que vous retourneriez chez vous avec de l’aide supplémentaire, comment croyez‑vous pouvoir gérer, disons, vos finances, ou faire l’épicerie?

    Jack : Il faut que je sois capable d’aller à la banque. Comment est-ce qu’on peut conduire avec seulement une jambe? Et je ne veux personne chez moi qui me dise quoi faire.

    DOrmerod : De nombreuses personnes fonctionnent assez bien après une amputation, même pour conduire une voiture. Et je sais que le chirurgien vous a dit ce qui allait se passer après l’opération. Vous aurez besoin de réadaptation et, définitivement, d’aide, du moins pour un certain temps. Avez-vous réfléchit à ce que le chirurgie vous a dit, M. McTeer?

    Jack : Je comprends tout ça mais je ne veux pas y penser.

    Dr Ormerod : Mais vous devez y penser, M. McTeer. À un certain moment, dans un avenir rapproché, vous allez devoir prendre une décision. Pensez-y encore, et si vous êtes d’accord, je vais revenir demain et on pourra continuer notre discussion.

Commentaires

Le Dr Ormerod s’est vu demander de rencontrer Jack en entrevue pour déterminer s’il pourrait présenter une dépression clinique. Il y a des situations dans lesquelles la dépression peut rendre une personne inapte à prendre certaines décisions, surtout des décisions importantes associées à un possible décès. De ce que vous connaissez de la conversation, Jack veut-il mourir? « Ne pas vouloir y penser » est une réponse courante et raisonnable. Croyez-vous que Jack est victime d’une dépression clinique et que, par conséquent, il est inapte à prendre une décision? En quoi consiste le « critère de la personne raisonnable »?

Le Dr Ormerod a fourni plus de renseignements à Jack au sujet de l’opération et de la période de rétablissement subséquente. Y a-t-il d’autres renseignements qu’il faudrait fournir à Jack pour l’aider à prendre une décision éclairée?

Ressources

Exercice de réflexion n° 3

Note de consultation du Dr Ormerod

« J’ai rencontré M. McTeer en consultation aujourd’hui au sujet de sa capacité de donner son consentement ou de refuser l’amputation d’une jambe possiblement gangrenée. Je l’ai trouvé découragé, ce qui est compréhensible, vu la situation. Je ne crois pas qu’il respecte les critères pour que je puisse conclure à un diagnostic clinique de dépression qui pourrait nuire à sa compréhension de sa situation médicale. Fait à noter, M. McTeer semble ambivalent et facilement influençable (particulièrement par sa fille). Il y a eu des allusions concernant une certaine tension dans leur relation, ce qui peut rendre son consentement précédent invalide. Il faut clarifier la situation avec sa fille très rapidement.

À la lumière de mon évaluation de M. McTeer aujourd’hui, je conclus qu’il est apte à prendre des décisions médicales. Cependant, il aura besoin de plus d’information au sujet des services qui sont accessibles et de son niveau de fonctionnement après son intervention afin de pouvoir prendre vraiment une décision éclairée.

Je serai heureux de participer à la planification du congé, surtout en en ce qui a trait à la capacité et à l’habilité.

Dr P. Ormerod »


 

Suivant : Partie n° 6, version 1

Continuer