La pratique au Canada

inscriptionmed.ca présente la démarche à suivre pour devenir médecin praticien au Canada. Obtener plus de renseignements au sujet des diverses exigences, y compris comment devenir licencié du Conseil médical du Canada

Connexion

Le Conseil médical du Canada (CMC) joue un rôle important dans l’évaluation des médecins au Canada. Il est toutefois à noter que le CMC n’octroie pas de permis ouvrant droit d’exercer la médecine. La délivrance de ces permis relève plutôt des ordres des médecins.

Le cheminement au permis d'exercice de la médecine

Licencié du Conseil médical du Canada et le Registraire médical du Canada

Le CMC octroie un titre de Licencié du Conseil médical du Canada (LCMC), aux médecins diplômés qui ont satisfait aux exigences d’admissibilité suivantes :

  • Ils ont réussi l’EACMC, partie I, et l’EACMC, partie II
  • Ils ont terminé avec succès au moins 12 mois de formation médicale clinique postdoctorale acceptable ou un équivalent acceptable

Le titre de LCMC ne s’accompagne pas de la délivrance d’un permis ouvrant droit d’exercer la médecine. La délivrance de ces permis relève des ordres des médecins. Le LCMC est plutôt une composante de la Norme canadienne d’obtention d’un permis d’exercice de la médecine sans restriction qui définit les exigences pour commencer à exercer la médecine de façon indépendante. Tout médecin qui satisfait aux exigences relatives au LCMC est également inscrit au Registre médical canadien.

  • L’ensemble d’exigences qui rend un candidat automatiquement admissible à l’obtention d’un permis d’exercice sans restriction dans chaque province et territoire du Canada.

    Les médecins présentant pour la première fois une demande de permis d’exercice de la médecine auprès d’un ordre des médecins du Canada peuvent se voir délivrer un permis d’exercice sans restriction uniquement s’ils satisfont à chacune des exigences suivantes :

    1. ils sont titulaires d’un diplôme de médecine (d’une école de médecine qui, au moment où le candidat a terminé son programme, figurait dans le World Directory of Medical Schools. Pour plus d’information, veuillez consulter notre avis sur la page de dernières nouvelles, ou d’un doctorat en ostéopathie délivré par une école américaine reconnue par la Commission on Osteopathic College Accreditation de la American Osteopathic Association;
    2. ils sont inscrits à titre de Licencié du Conseil médical du Canada;
    3. ils ont achevé un programme de formation médicale postdoctorale dans une discipline allopathique et ont réussi l’évaluation s’y rapportant faite par une autorité reconnue;
    4. ils sont certifiés par le Collège des médecins de famille du Canada ou le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada ou le Collège des médecins du Québec.

    Source : La Fédération des ordres des médecins du Canada 

Les diplômés internationaux en médecine (DIM) et le système médical canadien

Le Conseil médical du Canada définit un DIM comme étant :

  • une personne dont le diplôme en médecine a été décerné par une faculté de médecine qui ne fait pas partie des facultés de médecine canadiennes (agréées par le Comité d’agrément des facultés de médecine du Canada) ou américaines (agréées par le Comité de liaison sur l’éducation médicale)

ou

  • un diplômé d’une faculté américaine d’ostéopathie agréée par l’American Osteopathic Association

 

Il est recommandé que les DIM qui souhaitent amorcer le processus d’obtention d’un permis d’exercice de la médecine au Canada communiquent d’abord avec l’ordre des médecins de la province ou du territoire où ils souhaitent œuvrer. Ils devraient aussi s’adresser aux responsables du programme pour les DIM de la province ou du  territoire où ils veulent exercer la médecine, si un tel programme y est offert.

  • La plupart des organismes de soins de santé appellent « diplômés internationaux en médecine (DIM) » les médecins qui ont suivi leur formation médicale à l’étranger. Les antécédents de ces médecins en matière d’éducation et de formation sont différents. Un DIM peut, par exemple : avoir acquis plusieurs années d’expérience en pratique indépendante dans son pays; avoir récemment terminé ses études en médecine; avoir complété une résidence; avoir pratiqué immédiatement la médecine sans devoir faire une résidence; immigrer d’un pays dont le système d’enseignement de la médecine ressemble à celui du Canada; immigrer d’un pays dont le système d’enseignement de la médecine diffère en plusieurs points de celui du Canada.

Points à prendre en compte avant d’entreprendre les démarches en vue d’obtention d’un permis d’exercice

Résumé du processus d’obtention d’un permis d’exercice de la médecine pour les DIM

Nous recommandons aux diplômés internationaux en médecine (DIM) qui souhaitent amorcer le processus d’obtention d’un permis d’exercice de la médecine au Canada de communiquer avec l’ordre des médecins de la province ou du territoire où ils souhaitent pratiquer. Ils devraient également s’adresser au programme pour les DIM de cette province, si un tel programme y est offert.

Les DIM doivent entreprendre certaines démarches avant d’arriver au Canada et d’autres, une fois au pays.

Démarches que peuvent suivre les DIM avant d'arriver au Canada

Vous pouvez déclencher le processus d’obtention d’un permis d’exercice de la médecine de l’extérieur du Canada en entreprenant les démarches suivantes :

  • Consultez le World Directory of Medical Schools. Pour plus d’information, veuillez consulter notre avis sur la page de dernières nouvelles. La faculté de médecine que vous avez fréquentée, le nom du diplôme en médecine que vous avez obtenu et l’année où vous l’avez obtenu doivent figurer dans le World Directory of Medical Schools pour que votre diplôme soit accepté au Canada.

  • Les DIM peuvent évaluer s’ils sont prêts à se présenter à l’EECMC en tentant l’auto-évaluation (AE – EE) du Conseil médical du Canada. Ceux qui se soumettent à l’exercice sauront le nombre de questions auxquelles ils ont bien répondu et recevront également, dans un tableau exprimé en pourcentage, les données comparant leur rendement aux résultats obtenus par les autres candidats à l’EECMC.

  • Les DIM peuvent utiliser le Répertoire de compétences des médecins du CMC afin de bâtir un dossier professionnel confidentiel et électronique contenant leurs titres de compétences avant leur arrivée au Canada. Ils peuvent transmettre leur dossier aux ordres des médecins provinciaux et territoriaux, ainsi qu’aux organismes de certification et d’homologation. Le CMC demande aux DIM qui se présentent pour la première fois à l’EECMC d’envoyer une copie de leur diplôme terminal de médecine au Répertoire de compétences des médecins du CMC. Le diplôme doit faire l’objet d’une vérification à la source par le Répertoire pour que le candidat soit admissible à l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie II.

  • Les DIM doivent réussir l’EECMC avant de poser leur candidature pour un poste de résident par l’entremise du Service canadien de jumelage des résidents. L’EECMC est offert dans quelque 500 centres répartis dans 80 pays.

    Si un DIM s’est vu décerner une accréditation par un organisme dûment habilité à le faire au Canada ou aux États-Unis pour une spécialité, il peut demander au CMC d’être exempté de l’EECMC.

    Remarque : Le CMC exige de tous les candidats qui se présentent pour la première fois à l’EECMC qu’ils ouvrent un compte inscriptionmed.ca. Ils devront ensuite déposer auprès du Répertoire de compétences des médecins du CMC une attestation pour étudiant ou une demande de vérification à la source de leur diplôme de médecine.

Les étapes à suivre lors de l’arrivé au Canada

Toutes les provinces ont le droit de demander aux candidats de se soumettre à des évaluations supplémentaires en vue d’être admissibles à un poste de résidence. Une de ces évaluations peut être l’examen de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE), examen qui est offert seulement au Canada. Pour pouvoir vous présenter à l’examen de la CNE, vous devrez avoir passé l’EECMC. En outre, certaines provinces peuvent ajouter d’autres critères d’admissibilité qui leur sont propres.

On peut demander aux DIM de passer l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I et partie II (des frais supplémentaires s’appliquent). Les candidats peuvent également faire une auto-évaluation pour se préparer en vue du segment de questions à choix multiples de l’EACMC, partie I. Cette autoévaluation est offerte par Internet et peut être complétée avant que le candidat arrive au Canada. L’EACMC, partie I, et l’EACMC, partie II, se déroulent au Canada. Les diplômés des facultés canadiennes doivent également passer ces examens. En plus des examens du CMC, toutes les provinces et tous les territoires exigent une formation postdoctorale d’une durée minimale de deux ans avant d’accorder un permis d’exercice de la médecine. Lorsqu’ils réussissent l’EACMC, partie II, les DIM reçoivent le titre de Licencié du Conseil médical du Canada. Les candidats doivent posséder le statut de Licencié pour satisfaire aux exigences de la Norme canadienne d’obtention d’un permis d’exercice de la médecine sans restriction de la Fédération des ordres des médecins du Canada.

Les DIM qui désirent obtenir un permis d’exercice provisoire pour exercer de manière indépendante peuvent aussi considérer le processus d’évaluation de la capacité à exercer (ECE). Ce processus est disponible dans plusieurs provinces aux médecins formés à l’étranger qui désirent se joindre à la profession médicale du Canada. Pour plus d’information au sujet de ce processus, veuillez communiquer avec les programmes provinciaux destinés aux diplômés internationaux en médecine.

Les DIM qui comptent exercer la médecine au Canada ou y terminer leur formation médicale doivent connaître leurs obligations en matière de protection liée à la responsabilité médicale au Canada. Pour de plus amples détails, veuillez communiquer avec l’Association canadienne de protection médicale.