Modules

Communication avec les adolescents

Partie nº 3

  • Dre Burnside : Madame Cournoyer?

    Mme Cournoyer : Oui?

    Dre Burnside : C’est la Dr. Burnside à l’appareil.

    Mme Cournoyer : Oh, bonjour Dr. Burnside.

    Dre Burnside : Écoutez, j’ai fait quelques recherches pour voir qui pourrait nous aider avec le problème de poids de Kelsey. Malheureusement, il n’y a personne ici à Humphreys Harbour, mais à Thompsonville il y a un travailleur social rattaché à une clinique de thérapie familiale et c’est à seulement 40 kilomètres d’ici…alors, si vous pouviez y conduire Kelsey, je pourrais fixer un rendez-vous.

    Mme Cournoyer : De la thérapie familiale? Mais ça n’a rien à voir avec son régime, me dites-vous que c’est de notre faute?

    Dre Burnside : Non, non, non pas du tout, mais selon les plus récentes directives en matière de troubles alimentaires, la thérapie familiale est un des traitements conseillés… Kelsey m’a affirmé ne pas vouloir y aller, mais je pense que si vous lui parliez …

    Mme Cournoyer : Okay, ne vous en faites pas, si elle souffre de troubles alimentaires, elle va y aller.

    Dre Burnside : Bon, alors je prends rendez-vous et j’envoie une note au thérapeute.

    Mme Cournoyer : Parfait, merci beaucoup.

    Dre Burnside : Ça me fait plaisir, bonne journée Madame Cournoyer.

Note d’aiguillage

La Dre Burnside demande à son assistant de téléphoner au travailleur social. Elle obtient un rendez‑vous pour Kelsey et sa mère un mois plus tard. Elle rédige une note d’aiguillage adressée au thérapeute familial :

 

Dre W. Burnside
C.P. 1839
Humphrey’s Harbour (Ontario)

 

Nom : ____________________________________

Date : _____________________________________

 

Pourriez‑vous recevoir ma patiente, une jeune fille âgée de 15 ans qui pourrait être en train de devenir anorexique? Je crois qu’une consultation pourrait l’aider.

 

Merci
W. Burnside

 

Signature : __________________________

Le rapport de consultation

Le rapport de consultation envoyé par le travailleur social est reçu par la Dre Burnside trois semaines après le rendez‑vous.

Dre W. Burnside,
Rue principale, Humphrey’s Harbour (Ontario)

 

Docteur,

Merci de m’avoir recommandé la famille Cournoyer. J’ai rencontré Mme Cournoyer et votre patiente, Kelsey, le 22 novembre. Malheureusement, M. Cournoyer n’était pas disponible et Mme Cournoyer n’a pas emmené ses deux plus jeunes enfants, qui auraient dû manquer l’école. Mon évaluation de la dynamique familiale et des possibilités de thérapie est donc quelque peu incomplète.

Mme Cournoyer est une femme plaisante et d’apparence soignée, qui semble sincèrement préoccupée par le trouble alimentaire de sa fille. Elle semble avoir de la difficulté à y faire face. Elle a mentionné plusieurs fois qu’elle avait de la difficulté à planifier des repas qui plairont à tous les membres de la famille. Il est intéressant de noter que Mme Cournoyer surveille elle‑même son poids de près et qu’elle a déjà suivi le régime Weight Watchers. Kelsey semble une adolescente typique. Elle n’a pas dit grand‑chose, mais semble croire qu’elle va bien et que les gens ont une réaction démesurée. C’est peut‑être une forme de déni, puisque ses professeurs ont signalé que ses notes baissaient et qu’elle a été renvoyée de l’équipe de ski de fond de son école parce qu’elle n’arrivait pas à maintenir son poids.

Je suis préoccupé par certains des problèmes familiaux sous‑jacents, mais Mme Cournoyer hésitait à parler de sa relation avec son époux devant Kelsey. M. Cournoyer est programmeur et il voyage beaucoup. Il laisse donc la plus grande partie des responsabilités parentales à son épouse. J’ai l’impression qu’il est exigeant envers lui-même et qu’il doit être plutôt distant et froid, sauf avec ses fils. Avec eux, il fait surtout du sport. Il joue au hockey et au golf et est de toute évidence très compétitif. J’ai l’impression qu’il doit être fier de ses capacités physiques. J’ai questionné Kelsey au sujet de sa relation avec son père, et elle m’a tout simplement répondu : « Il ne me bat pas, si c’est ce que vous voulez savoir. » Mme Cournoyer a expliqué que Kelsey et son père n’ont pas une très bonne relation depuis qu’il l’a obligée à ôter un anneau qu’elle avait au nez. Le comportement de Kelsey le rend impatient et il ne voit pas pourquoi elle ne pourrait pas manger la même chose que tout le monde. Il semble que les membres de la famille sont de moins en moins souvent réunis à l’heure des repas et que cette situation est une source de problèmes et de conflits dans la famille.

Je ne suis pas expert des troubles de l’alimentation chez les adolescents, mais je ne serais pas surpris si le problème de Kelsey était dû en partie à la dynamique familiale. Mme Cournoyer elle-même a déjà vécu des problèmes liés à l’alimentation, et le père semble être un perfectionniste de « Type A ». La mère a de l’affection pour sa fille, mais, malgré ses efforts, elle n’arrive pas à régler le problème de Kelsey et à composer avec les réactions des autres membres de la famille à ce problème. Je ne crois pas que son époux l’aide beaucoup; je crois par contre que la situation est un fardeau de plus dans un mariage chambranlant. Je crois également qu’il y a des problèmes financiers. Mme Cournoyer a dit que les affaires de son époux n’allaient pas très bien pour le moment.

Je pourrais aider la famille à régler les problèmes que je viens de noter, mais il faudrait que tous les membres de la famille soient prêts à participer à une thérapie. Mme Cournoyer n’est vraiment pas certaine que son époux y consente ni même qu’il puisse trouver du temps pour le faire, étant donné son travail. Je lui ai demandé de communiquer avec moi si la possibilité se présentait. Une thérapie pourrait se révéler impossible étant donné le problème des déplacements et les coûts, le service n’étant pas couvert par le régime d’assurance‑maladie de la province.

En ce qui concerne Kelsey, je suis étonné que les adolescents n’aient pas tous des problèmes, étant donné l’omniprésence de la couverture médiatique des vedettes de cinéma, l’idéal de minceur présenté à la télévision — sans parler de la pression des pairs. L’image corporelle est tellement importante dans notre société postmoderne. S’il s’agit vraiment de quelque chose de plus grave qu’un problème d’angoisse chez l’adolescente et qu’un diagnostic d’anorexie est posé, je ne peux vous suggérer qu’un aiguillage vers un centre universitaire, où elle pourrait voir un expert et suivre un traitement.

J’espère que cela vous aidera à prendre en charge cette situation familiale intéressante et difficile.

Sincères salutations,

George Palentino, B.A., M.S.S.

Exercice de réflexion n° 4

Aiguillage, consultation et champ de pratique

Les médecins ne travaillent pas en vase clos. Nous mettons l’accent sur la communication avec le patient, mais la communication avec des professionnels de sa discipline ou d’une autre discipline est également importante. Dans un ouvrage publié en 2004, Lingard et ses collègues indiquent que toute une gamme de ressources spécialisées du système de santé sont liées entre elles par des documents écrits. Ces documents ont deux usages : ils donnent aux patients un accès garanti à des soins plus poussés et ils sont pour les fournisseurs de soins une preuve visible et comptable de collaboration. Comme l’expéditeur et le destinataire ne se rencontrent pas, ils n’ont pas la possibilité de poser des questions pour obtenir des clarifications, comme cela serait possible s’ils parlaient directement à un patient. C’est pourquoi il est particulièrement important pour le médecin que les communications écrites soient claires et logiques. [Traduction] « Pour apprendre à communiquer efficacement avec d’autres membres de leur profession, les médecins doivent apprendre à maîtriser dans les moindres détails la façon de raconter une histoire acceptable dans un contexte professionnel en sachant ce qu’il faut dire et ce qu’il faut taire. » (Lingard et coll., 2004)

Ce qui constitue une « histoire acceptable » varie selon le contexte et il faut appliquer ses connaissances biomédicales et son raisonnement clinique à ce contexte. Cela veut dire que vous devez sélectionner les renseignements biomédicaux, psychosociaux et autres pertinents et interpréter, intégrer au besoin puis organiser l’information de manière logique et judicieuse. Remarquez que cette façon de penser peut aussi s’appliquer à la relation entre le médecin et le patient (voir la section « Introduction » du module sur les compétences en matière de communication).

La façon de déterminer la pertinence diffère selon la discipline médicale. La façon dont on envisage le patient et les éléments jugés importants est liée au champ de pratique de la discipline. Ce sont les lois provinciales ou territoriales de même que les coutumes locales et les circonstances qui déterminent ce que les infirmiers, les thérapeutes et les autres professionnels de la santé doivent apprendre à faire et, plus important encore, à ne pas faire. Les tensions et les conflits qui opposent des professionnels de différentes disciplines viennent en bonne partie du fait qu’ils comprennent mal non seulement leur propre champ de pratique, mais également leur pratique et le système de santé. Les disciplines ont toutes une opinion particulière sur la façon dont le monde fonctionne. Il est donc important, lorsqu’il faut recommander ou recevoir un patient, de savoir un peu quel travail l’autre professionnel peut et doit faire, mais également de ne pas supposer qu’il envisagera la situation de la même façon que nous. Vous en apprendrez davantage à ce sujet dans l’exercice n° 5. Si vous désirez obtenir davantage d’information sur les interactions entre les disciplines de la médecine, des sciences infirmières et du travail social, lisez l’ouvrage suivant : Kharicha et coll., 2005.

Exercice

Lisez de nouveau la note d’aiguillage envoyée par la Dre Burnside à M. Palentino. Faites comme si vous étiez M. Palentino et que vous receviez cette note.

  • Sauriez‑vous dire ce que veut la Dre Burnside?
  • Quels renseignements biomédicaux auriez‑vous aimé avoir?
  • L’engagement demandé à M. Palentino est‑il clairement décrit?
  • La note d’aiguillage aurait‑elle été rédigée autrement si elle avait été adressée à un médecin plutôt qu’à un travailleur social?

Vous n’avez rien à soumettre. L’exercice consiste à réfléchir aux questions suivantes et à lire la documentation suggérée.

Maintenant, lisez de nouveau le rapport de consultation envoyé par M. Palentino à la Dre Burnside.

  • Notez le choix des informations fournies.
  • Qu’est‑ce que cela dit au sujet de l’opinion du travailleur social à propos de la patiente?
  • Ce rapport aurait‑il été rédigé différemment par un pédiatre ou un psychiatre?

Lisez les lignes directrices applicables émises par l’ordre des médecins de votre province ou territoire.


 

Suivant : Partie nº 4

Continuer