Modules

Complexité des soins aux personnes âgées

Partie n° 6, version 1

Jack est en attente d’une chirurgie. Le Dr Edelman en a informé les responsables du service de chirurgie, qui ont trouvé une plage horaire pour la salle d’opération, suivant une annulation. Ils en informent le service de l’hôpital. Le formulaire de consentement n’a pas encore été signé.

Infirmière Kim : Dre Freeburn? C’est Helen Kim du 3B. J’aimerais que vous montiez afin de faire signer un consentement pour une chirurgie.

Dre Freeburn : Pardon? Pourquoi moi? Je viens tout juste de coucher, ça fait 24 heures que je suis sur appel. Demandez à la personne qui s’occupe du patient. Logiquement, demandez au chirurgien.

Infirmière Kim : Croyez-vous pas que c’est ce que j’aurais fait si j’avais pu? Une place dans la salle d’opération vient de se libérer, et c’est urgent. Le patient doit se faire amputer en raison d’un ulcère diabétique. Les chirurgiens sont présentement occupés avec une résection intestinale. Et le patient dont je vous parle est le prochain.

Dre Freeburn : Cela aurait dû être fait depuis longtemps. Il … c’est un homme?

Infirmière Kim : Oui.

Dre Freeburn : Il doit bien y avoir un médecin qui s’occupe de lui.

Infirmière Kim : Le Dr Edelman est à son bureau, et avant que vous me demandiez de le faire, vous savez que les infirmières ne peuvent pas faire signer de consentements.

Dre Freeburn : C’est ridicule! Bon, d’accord. Donnez-moi cinq minutes.

Infirmière Kim : Mais dépêchez-vous, docteur. Le soluté est branché, et les chirurgiens ont demandé une sédation préopératoire. Elle a été donnée il y a 15 minutes.

Dre Freeburn : Maudit!

  • Dre Freeburn : Bon, finissons-en pour que je puisse retourner me coucher. Où est le patient?

    Infirmière Kim : Chambre 329. Mais je ne crois pas que ce soit aussi simple que ça.

    Dre Freeburn : Que voulez-vous dire? Soit il dit oui ou non. Où est le problème?

    Infirmière Kim : Mais c’est ça le problème. Il a dit non, puis oui, puis non, et n’a jamais rien signé. Mais lorsque le Dr. Edelman était ici hier, il a dit que le patient avait acceptée, et c’est pourquoi le service de chirurgie a été informé du consentement.

    Dre Freeburn : Alors le Dr Edelman aurait dû lui faire signer le consentement à ce moment‑là. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait? Quel genre d’unité gérez-vous?

    Infirmière Kim : Bien c’est ça, blâmez les infirmières. Écoutez, cet homme-là n’est pas mon patient et je ne sais pas pourquoi le consentement n’a pas été signé. Et maintenant, s’il est sous sédation, je ne crois pas qu’il soit apte à le faire.

    Dre Freeburn : Alors je dois décider quelque chose pour un patient que je ne connais même pas? Quel dégât! A-t-il de la famille?

    Infirmière Kim : Oui,  il a une fille. Je l’ai l’appelée. Elle est déjà en route vers chez elle.

    Dre Freeburn : Alors dites-lui de changer de direction et de revenir ici!

    Infirmière Kim : Elle est à 50 kilomètres d’ici. C’est à vous de faire quelque chose, Dre Freeburn. Chambre 329. Allez!

Commentaires

Ça ne semble pas s’être très bien passé. Pourquoi?

« Malheureusement, les organisations de santé n’ont pas évolué aussi rapidement que les percées cliniques, et l’environnement de soins a évolué et est devenu un endroit difficile et complexe où la communication est mauvaise, les politiques, imprécises, et les rôles, confus, caractérisé par les querelles de clocher et les conflits interpersonnels qui sont une source de stress. »
(Gerardi, 2004).

 « Il n’y a probablement pas de relation aussi importante et aussi exposée au risque de conflit que la relation entre le médecin et son patient. »
(Porter-O’Grady, (2004).

Ces deux citations rappellent la nécessité de créer des relations axées sur la collaboration entre les travailleurs de la santé (équipes), et le rôle central que joue le médecin dans ces relations.

Un conflit est la reconnaissance normale d’une différence. Si on s’entendait les uns avec les autres, il n’y aurait pas de conflit. Indépendamment de la difficulté d’une situation, la communication entre le médecin et le membre du personnel infirmier l’a empirée. Quelles erreurs de communication avez-vous observées dans la conversation? Réfléchissez aux possibles raisons pouvant expliquer la tournure de la conversation :

  • Valeurs et croyances (culture)
  • Rôles, y compris les limites perçues (champ de pratique)
  • Objectifs, personnels et organisationnels
  • Personnalité
  • Langage, y compris le langage non verbal
  • Expériences antérieures
  • Quels autres facteurs peuvent être en jeu?

De quelle façon ce conflit pourrait-il influer sur la qualité des soins aux patients?

Imprimez une copie du Guide d’observation et cernez des exemples de styles, de techniques et d’attitudes liés aux entrevues (efficaces et inefficaces). Puis, regardez les deux versions de cette scène. Il y a de nombreuses façons dont la situation aurait pu être réglée. Ce n’est qu’un exemple.


 

Suivant : Partie n° 6, version 2

Continuer