Glossaire

Terminologie du programme de Compétence en matière de communication et de culture

  • Désigne les processus qui s’opèrent lorsque diverses personnes ou de divers groupes de gens se rencontrent et échangent des aspects de leur culture.

  • Les activités professionnelles pouvant être exercées de façon indépendante servent de marqueurs de rendement qui sont pertinents par rapport à la pratique clinique et qui peuvent témoigner de l’acquisition de compétences; elles représentent ce que font les médecins dans leur pratique quotidienne et englobent habituellement plusieurs étapes clés des multiples rôles CanMEDS.

  • Relation de collaboration entre un patient et son thérapeute.

  • Système de diagnostic médical qui tient compte uniquement des facteurs physiologiques et qui exclut les effets possibles des facteurs psychologiques ou sociaux. Il se fonde sur la théorie selon laquelle les facteurs mentaux et sociaux n’ont aucune incidence sur les maladies biologiques.

  • Les soins centrés sur le patient sont la pratique consistant à prendre soin des patients (et des membres de leur famille) de manières qui sont significatives et valables pour le patient en question. Il s’agit notamment d’écouter et d’informer les patients et de les faire participer à leurs soins. Il s’agit de prodiguer des soins qui sont respectueux des préférences, des besoins et des valeurs de chaque patient et qui y sont adaptés et de s’assurer que les valeurs du patient orientent toutes les décisions cliniques.

  • Le référentiel CanMEDS définit et décrit les compétences dont doivent faire preuve les médecins pour répondre de façon efficace aux besoins des personnes à qui ils prodiguent des soins. Ces compétences s’articulent autour de sept rôles : expert médical, communicateur, collaborateur, leader, promoteur de la santé, érudit et professionnel. Un médecin qualifié intègre harmonieusement les compétences des sept rôles CanMEDS.

  • La facilité ou l’aptitude d’une personne à comprendre la nature et les conséquences de ses décisions. Dans certaines administrations, les termes « capacité » et « compétence » sont interchangeables.

  • Le champ d’exercice de chaque médecin est unique. Il est déterminé par les patients dont il prend soin, les interventions effectuées, les traitements offerts et le milieu de pratique.
    La capacité d’un médecin d’agir de façon compétente dans son champ d’exercice est déterminée par les connaissances, les compétences et le jugement qu’il acquiert par la formation et l’expérience.
    Un changement de champ d’exercice survient lorsque des modifications importantes ont été apportées à n’importe lequel des éléments établis dans la partie 2 de la définition. Si un médecin a modifié ses pratiques de sorte qu’il exerce en dehors de ce qui serait considéré comme le champ d’exercice habituel de la discipline en question, son champ d’exercice pourrait avoir changé de façon importante.

  • La permission ou l’accord d’une personne pour qu’une situation ou qu’une action se produise. Consultez le site Web de l’Association canadienne de protection médicale pour de plus amples informations à propos des différentes sortes de consentement.

  • Le consentement au traitement peut être implicite ou être exprimé expressément, à l’oral ou par écrit. Le consentement dans les situations d’urgence est une exception importante à la règle générale selon laquelle il doit toujours être obtenu. Les traitements d’urgence doivent être limités aux situations où une souffrance grave ou une menace imminente pour la vie, pour le membre ou pour la santé peuvent être démontrées.

  • Ce type de communication suppose une compréhension de la façon dont des personnes issues de cultures différentes s’expriment, communiquent verbalement, par écrit et de façon non verbale et perçoivent le monde qui les entoure.

  • On appelle l’éventail de facteurs personnels, sociaux, culturels, économiques et environnementaux qui influent sur l’état de santé d’une personne les déterminants de la santé.

  • La relation entre le médecin et le patient crée une série d’obligations, y compris celle, au besoin, de s’occuper des patients, de poser des diagnostics, de donner des conseils, de traiter les maladies et de consulter d’autres médecins.

  • Désigne généralement des obligations prévues par la loi ou professionnelles imposées aux professionnels de la santé :
    1. Les obligations prévues par la loi d’aviser le gouvernement ou d’autres organismes de l’état de santé de certains patients ou de certaines situations. Ces obligations l’emportent sur le devoir prévu par la loi et professionnel de maintenir la confidentialité des renseignements sur les patients. Le soupçon de violence faite à un enfant est un exemple d’une telle situation.
    2. Les obligations professionnelles de signaler aux autorités réglementaires (collèges) certains problèmes professionnels ou soupçons de comportements interdits relativement à d’autres professionnels de la santé.

  • Le processus d’évaluation qui tient compte des probabilités qu’un patient soit atteint d’une maladie plutôt que d’autres maladies potentielles.

  • Le processus au cours duquel les fournisseurs de soins de santé communiquent des informations médicales ou toute autre information pertinente à un patient.

  • Un examen de l’état mental est une évaluation du degré de capacité cognitive (lié aux connaissances), de l’aspect, de l’humeur émotionnelle, du discours et des façons de penser d’un patient, à l’heure actuelle. Il comprend les observations de l’examinateur au sujet de l’attitude et de la volonté de coopération du patient, ainsi que ses réponses à des questions précises.

  • Les géants gériatriques sont les suivants : l’immobilité, l’instabilité, l’incontinence et la déficience intellectuelle. Voici ce qu’ils ont en commun : des causalités multiples, une évolution commune, la privation d’indépendance et aucun remède simple.

  • Les compétences cliniques intégrées clés que l’on retrouve chez un bon médecin deviennent un ensemble de comportements habituels indicateurs de compétence générale. Ces habitudes sentinelles se sont constamment avérées utiles et utilisables par les cliniciens fournissant des évaluations et de la rétroaction à des collègues dans le lieu de travail clinique. Elles offrent une base solide pour toute évaluation des compétences fondée sur le lieu de travail.

  • Les principes de la justice naturelle et du processus impartial peuvent être réduits à la question centrale suivante : à la lumière des faits liés à un cas particulier, l’organisme décideur a-t-il agi de façon équitable pour la personne dont la conduite ou les droits étaient à l’étude?
    La common law oblige les tribunaux à offrir une certaine équité procédurale minimum, qui comprend le droit de faire entendre sa cause, de la faire trancher par des personnes sans parti pris et de recevoir les motifs de la décision rendue.

  • Les notions au sujet d’un épisode de maladie et de son traitement qui sont employées par les médecins. Il peut s’agir des suivantes :
     Étiologie
     Moment et mode du commencement
     Physiopathologie
     Tableau clinique (y compris la gravité et l’évolution des symptômes : aigus, chroniques ou invalidants)
    Traitement recommandé

  • Système selon lequel la santé et la maladie sont déterminées par une interaction dynamique entre des facteurs biologiques, psychologiques et sociaux.

  • Caractéristiques du modèle explicatif du patient
     Propre à chaque épisode de maladie
     Adapté aux réalités pratiques et aux problèmes pressants
     Ciblé sur l’expérience, les frustrations et les sources de connaissance propres à la personne et sur les ressources dont elle dispose
     Logique informelle, liens tacites
     Axé sur les besoins immédiats et pratiques
     Appliqué dans des contextes d’« urgence »
     Influencé par la famille, les amis et la collectivité
    Justifié par l’expérience incarnée et par l’utilité de la maîtrise des symptômes et des incapacités

  • Désigne les techniques employées pour tenter de diminuer ou d’augmenter un comportement ou une réaction en particulier.

  • Norme relative au comportement qui est jugé approprié et attendu d’une personne mentalement stable ou « raisonnable » dans des circonstances particulières.

  • Les objectifs liés aux rôles du CMC décrivent les attributs attendus des diplômés en médecine qui commencent à exercer sous supervision et de façon indépendante au Canada.

  • Recours délibéré et inapproprié par un patient à plus d’un médecin dans le but d’obtenir des ordonnances lui procurant une plus grande quantité de médicaments que ce que lui aurait prescrit un seul médecin.

  • La prise en charge médicale est un processus de collaboration entre les professionnels de la santé qui élaborent des plans de traitement recommandés afin de s’assurer que des soins médicaux appropriés sont prodigués.

  • La sensibilité interculturelle consiste non seulement à être conscient de l’existence de différences et de similitudes culturelles entre les gens, mais aussi à s’abstenir de juger les autres en leur attribuant une valeur, par exemple, positive ou négative, meilleure ou pire, bonne ou mauvaise.

  • Point de vue général duquel une personne voit et interprète le monde qui l’entoure.


  • No Results Found