Modules

Le modèle de compétences en communication du « Standardized Patient Program » de la University of Toronto

Une feuille de route pour une communication centrée sur le patient

Le Canada est un chef de file du perfectionnement des compétences en matière de communication médecin‑patient, et la communication centrée sur le patient constitue la norme attendue de chaque programme de formation. Le modèle le plus complet est peut-être celui de la méthode clinique centrée sur le patient (Stewart, M., et coll., 2003). Les six composantes de ce modèle sont conçues à l’intention des médecins de première ligne, mais les principes s’appliquent aux communications de tout médecin. Il est fondé sur des données probantes et, fait plus important, il met en évidence qu’il faut aller au-delà de l’acquisition de compétences en communication.

[traduction] « Les soins centrés sur le patient présupposent des changements dans la mentalité des médecins. Premièrement, la notion hiérarchique selon laquelle le professionnel est la personne responsable du patient et que ce dernier joue un rôle passif ne tient pas ici. Afin d’appliquer l’approche centrée sur le patient, le médecin doit être capable de responsabiliser le patient et de partager le pouvoir dans la relation; et cela signifie renoncer au contrôle qui était autrefois l’apanage du professionnel. Il s’agit là de l’impératif moral de l’exercice de la médecine centrée sur le patient. » (Stewart et coll., pages 5 et 6)

Comment peut-on acquérir de telles compétences et, en fin de compte, de telles attitudes? Cette méthode d’enseignement de la façon de mener des entrevues médicales a été mise au point par le « Standardized Patient Program » (SPP) de la University of Toronto. Elle est utilisée pour aider les étudiants de tous les niveaux à comprendre la méthode centrée sur le patient et à perfectionner leurs compétences en communication et leur langage.

On peut comparer cette méthode à une carte routière que le médecin peut utiliser pour se situer dans le paysage et s’orienter au cours de l’entretien avec le patient. Tous les paysages ont des caractéristiques communes (des arbres, des plaines, peut-être une rivière) tout en étant uniques, on peut emprunter plusieurs chemins pour les explorer. Nous percevons tous de façon différente les paysages selon nos expériences antérieures et il en est de même pour la relation médecin‑patient. Dans une situation donnée, le médecin peut, en fonction de son attitude et de ses compétences, utiliser la carte de façon efficace afin de se situer dans la conversation, ou il peut se perdre. Le médecin a l’obligation de voir et de comprendre le « paysage » du patient tout en prenant note des signes biomédicaux importants.

Le Guide d’observation est également disponible en format PDF. Vous pouvez consulter le glossaire de termes choisis qui accompagne le Guide d’observation.

Commentaires relatifs au Guide d’observation

Au début, il peut sembler un peu lourd d’utiliser le Guide d’observation. Voici quelques points à prendre en compte :

  • Après avoir passé en revue les techniques, les styles et les attitudes, vous vous dites peut-être : « J’utilise déjà bon nombre de ces approches dans ma façon actuelle de mener des entrevues médicales. » En fait, c’est la façon d’utiliser ces approches qui détermine si un entretien est plus ou moins centré sur le patient. Par exemple, vous remarquerez que le médecin utilise des questions fermées dans toutes les entrevues médicales que vous voyez, mais que ces questions tendent à être plus fréquentes et à être posées plus tôt dans les exemples d’entretien davantage centrés sur le médecin. Habituellement, cela mène à une conclusion prématurée de l’entrevue (se faire une idée avant d’avoir recueilli assez de renseignements). Le médecin domine l’échange au lieu d’établir un dialogue professionnel avec le patient.
  • Il arrive que des personnes croient que chaque point d’un guide ou d’une liste doit être présent dans chaque entrevue médicale. Ce n’est pas le cas. Comme dans la vraie vie, chaque rencontre entre le médecin et le patient est unique, et une personne qui sait bien mener un entretien choisit ses mots et pose des gestes au moment opportun et de façon appropriée en fonction du contexte.
  • Lorsque vous commencerez à utiliser le Guide, vous pourriez choisir de vous concentrer sur un point en particulier; par exemple, l’usage approprié de questions ouvertes et fermées. À mesure que vous connaîtrez mieux le Guide, vous serez capable d’observer plus de points en même temps. Souvenez-vous, la force de ce guide est qu’il met en lumière de nombreuses couches riches, qui se dévoilent au fil d’observations répétées. Il n’est pas nécessaire de maîtriser tout à la fois, et, en fait, il pourrait être quelque peu déconcertant de tenter de le faire.
  • Il importe aussi de noter qu’un entretien n’est pas centré sur le patient simplement parce que les techniques, les styles et/ou les attitudes liés à cette méthode sont utilisés de façon arbitraire une ou deux fois pendant l’entretien, de façon décousue et/ou dans le but de démontrer sa compréhension de la situation. Une telle façon de faire apparaît souvent machinale et étudiée plutôt qu’authentique. L’approche centrée sur le patient signifie que les trois aspects sont présents de façon constante et harmonieuse et qu’ils se soutiennent et s’alimentent l’un l’autre de façon intégrée, tout au long de l’entretien. Il n’existe pas une seule bonne façon de mener une entrevue. Le Guide d’observation vous permet d’explorer et d’expérimenter à l’infini à mesure que vous apprenez à maîtriser l’approche centrée sur le patient.

 

Suivant : Les entrevues principales

Continuer